Comment le vin agit-il sur le corps ?


Obtenu par la fermentation du raisin, le vin est une boisson légèrement alcoolisée qui a longtemps fait partie de nos habitudes alimentaires. Déjà, Platon disait que le vin était le lait des vieillards et Louis Pasteur affirmait qu'il s'agissait du breuvage le plus sain et le plus hygiénique. Et pourtant, il a fallu attendre le début du XXe siècle pour voir les études scientifiques se multiplier afin de prouver les avantages de la consommation modérée de cet aliment sur la santé et en particulier pour le cœur. Aujourd'hui, on peut avancer que le vin est bon pour la santé, seulement s'il est consommé modérément, au cours des repas et dans le cadre d'une alimentation équilibrée.

Boire du vin, c'est bon pour la santé ...


Plusieurs études de populations et de multiples recherches scientifiques menées en laboratoire sur des rats et des souris ont démontré que la consommation responsable du vin a ainsi un effet protecteur sur le cœur et les artères. Cela est dû à la présence d'une molécule dotée de puissantes propriétés antioxydantes et ayant des effets thérapeutiques certains, le resvératrol, un polyphénol qui se concentre sur la peau du raisin et qui est surtout présent dans les raisins à peau noire.
Selon les résultats des études, le resvératrol est bénéfique contre les maladies cardiovasculaires, car il réduit l'oxydation du mauvais cholestérol LDL, il empêche les plaquettes de devenir collantes et ainsi former des caillots et il produit de l'oxyde nitrique composé qui favorise la dilatation des vaisseaux sanguins restreints pour une meilleure oxygénation et une meilleure circulation du sang.
La consommation modérée de vin aurait également des effets positifs contre le cancer. De nombreuses études ont permis de mettre en évidence l'action du resvératrol sur la prolifération des cellules malignes dans certains cancers.
D'après les études qui se sont enchaînées ces dernières années, le vin aurait également des effets positifs sur le cerveau et aiderait à minimiser les pertes de mémoire. Stimulant la production de monoxyde d'azote, le resvératrol contenu dans le vin permet en effet de ralentir la mort des cellules du cerveau dans les maladies neurodégénératives (Alzheimer et Parkinson).

… mais à condition de respecter une consommation modérée


Selon les statistiques, en France, on compte annuellement près de 15 000 décès par cancer, tous liés à la surconsommation d'alcool. L’alcool est donc un facteur de risques majeurs et reconnus des cancers, et quoi que l'on puisse dire, avec la présence de l'éthanol, le vin reste un alcool. Ainsi, le vin consommé d'une manière excessive peut entraîner des conséquences graves sur la santé et plus particulièrement sur le foie. Selon les études réalisées, surconsommer du vin augmenterait le risque de développer des maladies graves du foie comme la stéatose hépatique et plus encore la cirrhose. Il est donc essentiel de consommer le vin de façon responsable, à raison d’un verre de vin par repas, sans excéder deux verres par jour pour les femmes et trois pour les hommes.

CONTACT


Les champs suivants sont à remplir

Message envoyé. Merci !

Château du Bascou

Copyright Château du Bascou 2017